Menu de l'institut
Menu du LAB

LE LAB

Kaleio: Un magazine badass pour des lectrices badass !

Les magazines jeunesses féministes ne courent malheureusement pas les rues. Kaleio a trouvé ici un manque dans la presse écrite et a joyeusement contribué à y pallier. Une découverte qui donne envie de s’y abonner, même à bientôt 30 ans!

Texte par Camille Mottier, publié le 21.04.2022

Ce «magazine pour filles (et pour le reste du monde)»  sort tous les deux mois et est destiné à toutes et tous, mais surtout aux filles entre 8 et 13 ans. En voulant éviter les clichés, Kaleio désire proposer de nouveaux modèles, sortir des sentiers battus des représentations et créer une communauté, notamment avec l’organisation de quelques événements en live. Soutenu par de nombreuses fondations, ce magazine qui auparavant s’appelait Kosmos est d’inspiration polonaise: neuf femmes y ont vu un potentiel à partir du magazine Kosmos dla dziewczynek, c’est-à-dire KOSMOS pour filles et ont décidé d’adapter le concept à nos contrées helvétiques. Et ce, des deux côtés du Röstigraben! En effet, le magazine promeut le bilinguisme français-allemand, existe dans ces deux langues et raconte des histoires venant de toute la Suisse. Sans aucune publicité – et qu’est-ce que c’est rafraîchissant  – le prix du magazine s’avère un peu plus élevé que les autres, mais il s’agit là d’un investissement dans un produit de qualité, imprimé en Suisse et avec des critères écologiques remarquables (par exemple: le papier est compostable).

©Kaleio

Du contenu pour tous les goûts

Dès les premiers coups d’oeil, ce magazine en jette: des visuels aux contours doux et travaillés, des couleurs et motifs bien choisis, des titres qui donnent envie de tout feuilleter en même temps. Contrairement aux «magazines féminins» classiques et leurs conseils beauté / minceur / sexo souvent contradictoires et à la limite du ridicule, cette revue présente des sujets pertinents, originaux et réellement intéressants. Du haut de mes 28 ans, j’avoue sans gêne avoir réellement apprécié la lecture des différents articles allant des œuvres d’art au Moyen-Âge, à la définition de sa zone d’intimité, en passant par une expérience sur les chambres souterraines ou encore le développement des poils à l’adolescence.

Pour varier les activités, Kaleio propose en effet, en plus des articles à lire, des expériences à réaliser à la maison avec du matériel simple, permettant ainsi de découvrir son environnement de manière empirique. Par ailleurs, un coloriage créé par une illustratrice différente est à disposition dans chaque numéro pour les plus intrépides du crayon de couleur. Une partie de chaque revue est également dédiée à la gestion d’une situation sociale complexe: que faire si une copine raconte mon secret aux autres, si je suis exclue d’un groupe qui veut jouer ensemble, si une amie trouve que ma chambre est nulle?

De nouveaux modèles et représentations
J’aurais adoré grandir avec ce type de contenu qui montre des jeunes filles inspirantes, des moments de la vraie vie auxquels j’aurais pu m’identifier, au lieu de voir des femmes blondes minces retouchées dans des Biba, Elle ou autre Cosmo qui vivent une vie invraisemblablement pailletée. En France, le magazine Tchika s’adresse aux 7-12 ans depuis juin 2019. La version Tchikita est quant à elle réservée aux 4-7 ans, mais quel que soit l’âge, le but est de «bousculer les codes de cette pensée unique» qui incite à penser que le rose est la seule option pour les filles. La revue en est maintenant à son douzième numéro, après un crowfunding très réussi, ce qui confirme l’intérêt et le besoin pour la jeunesse de ce type de contenu.

Et les garçons alors ?!

Cette question revient souvent dès lors que du contenu ou des activités sont réservées aux filles. Les pauvres garçons qui ont l’habitude que tout leur soit dédié vont bien devoir un jour ou l’autre s’habituer à ce que cela change. Ici, si Kaleio s’adresse uniquement aux filles dans une vision binaire, c’est par choix conscient: cela fait écho au fait que les rédactrices sont toutes des femmes cisgenres, et qu’il leur semblait ainsi maladroit d’aborder des questions de non-binarité. Petit bémol ici selon moi, dans la mesure où il serait bienvenu d’élargir leur équipe et d’encourager la diversité au sein de la rédaction ainsi que dans un contenu LGBTQ+-friendly. Peut-être le magazine évoluera-t-il dans cette direction car il désire faire écho à la société actuelle et à ses questionnements. À l’écoute de son public, grâce notamment à la rubrique «courrier des lectrices», Kaleio est certainement appelé à grandir encore et à trouver sa forme la plus adaptée pour parler véritablement à toutes et tous.

Découvrez en plus sur le site internet de Kaleio en cliquant ici : https://kaleiomag.ch/fr/

Et pour Tchika, c’est par là : https://www.tchika.fr

Restez au courant de nos actualités:

S'inscrire à la newsletter

Recevez nos outils contenus media:

S'abonner à la boîte-à-outils